dimanche 12 août 2012

Pensée du jour, XI

L'intérêt du Vallon, ceci étant dit, était ailleurs. Il ne se situait même pas dans l'ambitieux personnage d'Henrietta, le sculpteur, à travers laquelle Agatha Christie avait cherché à représenter [...] la souffrance spécifique qui s'attache au fait d'être artiste : cette incapacité à être vraiment heureuse ou malheureuse ; à ressentir vraiment la haine, le désespoir, l'exultation ou l'amour ; cette espèce de filtre esthétique qui s'interposait, sans rémission possible, entre l'artiste et le monde.
Michel Houellebecq, Plateforme, Flammarion, 2001, p. 98

Aucun commentaire: